Biographie

bioUne enfance imprégnée de chaleur et de musique…

Née à Casablanca, au Maroc, benjamine d’une famille de huit enfants, Claudia Meyer grandit à Marseille. C’est là qu’elle puisera une grande partie de son inspiration, au bord de la côte méditerranéenne, entre chaleur et générosité.

Son père Meyer dont elle emprunte le prénom lui transmet très tôt l’amour de la musique. Son parcours musical commence à l’âge de 12 ans au conservatoire où elle apprend la guitare classique, puis à la Faculté de musicologie d’Aix-en-Provence.

Pendant ces années de formation, elle se décide à chanter, accompagnée de l’instrument qu’elle a choisi depuis son enfance, la guitare. Elle se produit sur des scènes de cabarets et interprète ses artistes fétiches, Brel, Barbara, Maxime Leforestier, Cat Stevens, Véronique Sanson.

Très vite un chemin se dessine : la musique latine.

marcopoloClaudia la découvre au travers de l’une des plus belles voix d’Argentine, Mercedes Sosa, qui l’influence tout au long de son itinéraire musical. L’Amérique du Sud l’attire jusque dans ses instruments auxquels elle s’initie: charango, flûte de pan et cuatro. C’est avec des amis sud-américains qu’elle forme le groupe « Ayawaska ». Ensemble, ils enregistrent un album éponyme. Une aventure qui les mènera dans de nombreux festivals à travers le monde. En 1987, la rencontre avec Marc Benabou donne naissance au groupe « Marco Polo » qui enregistre chez BMG. Le début d’une belle complicité…

Artiste accomplie, Claudia décline son amour pour la musique sous toutes ses formes.

Repérée par la marque « Gibson », elle signe un contrat pour représenter leur label, et participe, en tant que guitariste, à des émissions télévisées comme « Taratata ». Alfredo Arias et Robert Hossein la sollicitent pour des comédies musicales, elle compose et chante pour le spectacle de son ami d’enfance Elie Kakou, fait les choeurs pour Andréa Boccelli, Lenny Kravitz, Véronique Sanson, Maxime Le Forestier et bien d’autres, elle prête sa voix à Esmeralda pour la chanson du film de Walt Disney, « le Bossu de Notre-Dame ».

Ce parcours éclectique ne pouvait pas laisser indifférent le monde artistique, Claudia est sollicitée par de grands interprètes. En 2001, une rencontre avec Maurane, c’est un vrai coup de coeur humain et artistique. Les deux artistes se produisent ensemble à l’Olympia. En 2002, Jean-Félix Lalanne, conquis par son talent, l’invite sur son album « Brasiliana », puis sur scène lors de festivals comme « Autour de la guitare ». En 2004, Claudia monte sur la plus grande scène de France pour un duo avec Lara Fabian, au Stade de France.

2006 annonce un tournant dans sa carrière.

albums azulRetour aux sources, et enregistrement d’un premier album solo « Azul », cet opus aux couleurs latines, nous fait voyager au son de la guitare et de la voix. On y retrouve de belles collaborations avec Jean-Félix Lalanne et Maurane le temps d’un duo. Pendant trois ans, Claudia enchaîne alors une série de concerts entourée de sa famille musicale, et en premières parties de spectacles de grands artistes, où elle occupe l’arène de la scène, seule avec sa guitare, le public est conquis.

En parallèle, elle enregistre un deuxième album qui se dessine comme une évidence.

albums fuego2010 verra la naissance de « Fuego », réalisé par son complice de toujours Marc Benabou. Sur cet album où s’entremêlent nostalgie et force de vie, Claudia continue son voyage au fil des langues et des pays. Elle nous fait partager des compositions originales colorées par ses influences et découvrir de belles mélodies intemporelles sous un éclairage nouveau, au gré de ses inspirations et de ses émotions. Elle s’entoure à nouveau de musiciens de grand talent. Elle revisite de grands standards internationaux comme : « Lady d’Arbanville » qu’elle enregistre en espagnol après avoir obtenu l’autorisation de Cat Stevens qui a vraiment aimé cette version.

On y retrouve aussi des compositions originales, colorées par ses influences où elle parle de voyage, d’amour, d’amitié comme dans la chanson « Como te quiero Elie » écrite pour son ami d’enfance, Elie Kakou, à qui elle dédie cet album. Comme sur son album précédent, elle rend également hommage à de grands poètes brésiliens comme Vinicius de Moraes et Carlos Jobim, avec un standard comme « Eu sei que vou te amar ».

Le duo « Inch Allah » qu’elle interprète avec Yves Jamait illustre la fusion harmonieuse de deux univers musicaux.

Deux singles sont extraits de l’album Fuego, dont le titre « Lettre à Elie », qu’elle enregistre en français, et « Maria » inspiré d’une rencontre à Cuba, dans une nouvelle version. Elle enregistre un DVD live au Réservoir à Paris avec tous les musiciens ayant participé à l’album.

Elle part en tournée en Belgique et au Moyen-Orient ; on la retrouve aussi en première partie d’Yves Jamait. Elle assure en parallèle la promotion radio du single, avec des passages entre autre sur France Inter, France Bleu, aux cotés de Tina Arena et de Jean-Félix Lalanne.

Une artiste très scène !

DSC03701Depuis novembre 2011, elle s’installe avec Marquito (Marc Benabou) en résidence une fois par mois dans un lieu mythique à Paris « La Tête de l’art » rebaptisé « Le Scop’Club », puis actuellement « Le Paris Paris Club », qui devient un rendez-vous mensuel où elle partage la scène avec de nombreux artistes et de jeunes talents.

Leurs coups de cœur artistiques, des invités venus de tous horizons, musiciens, chanteurs, chanteuses leur font l’amitié de partager un bon moment de musique le temps d’un duo et de quelques chansons. Tous ces univers musicaux se fondent dans le groove de la batterie de Marquito et on redécouvre la guitare/voix dans des ambiances aussi bien rock que latines dans une formule acoustique totalement exclusive.

Un nouveau single en radio

2Pochette_Modif_Last_deuxDébut 2013, Claudia lance une nouvelle version du titre « My Lady – Lady d’ d’Arbanville » accompagné d’un clip aux couleurs de l’Orient. Le titre est relayé par de nombreuses radios dans le monde et promu par de nombreux médias.

Dès le 25 septembre elle lancera la saison 3 de ses « Carte blanche » au Paris Paris Club, l’occasion de (re)découvrir son univers sur scène et de partager la scène avec de jeunes talents aussi doués que passionnés. Ne manquez pas une occasion de mettre du « Fuego » dans vos oreilles.

 

2014/2015, un hommage au Brésil et à la Capoeira

Cette artiste multi-facettes, passionnée de musique brésilienne, revient sous son surnom brésilien « JORRAR » DSC_01641avec deux nouveaux singles intitulés respectivement « Sorte Grande (Poeira) » et « Zum Zum Capoeira » . Le premier est une version revisitée du traditionnel « Bahia de todos os deuses » pour un hommage à la Capoeira, mise à l’honneur cette année à l’occasion de la Coupe du Monde de football. Un mélange explosif de rythmes et de sons où le soleil et la danse sont au rendez-vous. Le second un cover brésilien, où elle continue son hommage à la musique festive brésilienne, et vous offre ce titre pour l’été !

83d8ee33a99028b951d604fca66c8d2016/2017 : Sortie de l’album « Ah! les voyages… Un autre destin de Barbara »

Un spectacle musical qui sera joué en 2017 dans divers théâtres à Paris et en province.